« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force… » (Marc 13. 30)

Lectures : Deut. 30. 15 à 20 / Matth. 5. 17 à 20

« Vois : je mets aujourd’hui devant toi la vie et le bonheur… »

Nous le savons tous, notre monde est régi par des lois qui lui permettent de vivre et fonctionner harmonieusement. Ces lois ont été établies par le Créateur dès les origines du monde. Les scientifiques les découvrent par leurs recherches. On ne peut que s’émerveiller devant ces lois naturelles qui témoignent de la sagesse infinie de Dieu ; de son intelligence qui dépasse de loin la nôtre. Ces lois sont bonnes et indispensables à la vie. Et paradoxalement, il arrive souvent que l’homme les méprises, les transgresses pour son plus grand malheur. Les dérèglements climatiques, comme bien d’autres en témoignent. La Bible nous montre qu’il en va de même dans le domaine moral et spirituel. Il est des lois qui régissent la vie morale, psychique, physique et spirituelle aussi, que Dieu a aussi établies pour nous permettre de vivre harmonieusement et en paix. Les dix commandements nous en donnent un condensé. Méditons quelques instants sur ces textes et laissons l’Esprit Saint nous parler.

1°) « Tu choisiras la vie pour que tu vives, toi et ta descendance… »

C’est le conseil de Dieu au peuple d’Israël. Conseil de garder et de respecter les commandements donnés, dont le premier, à savoir : « Aimer le Seigneur, écouter sa voix, s’attacher à lui » (Deut. 30. 20). Les dix commandements insistent sur la primauté de Dieu, la primauté de l’amour pour Dieu. Ce que Jésus confirmera à plusieurs reprises : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force… » (Marc 13. 30). Le décalogue que nous trouvons en Exode 20 nous invite tout d’abord au respect de Dieu. Les quatre premiers commandements ne concernent que notre relation avec Dieu. Un seul Dieu, pas d’idoles, respect du nom de Dieu, respect du jour de repos pour en faire un jour sacré, un mémorial, un jour pour Dieu. En référence à la création de Dieu et à son repos. On peut remarquer que ces lois sont aujourd’hui largement transgressées, totalement ignorées par le législateur et par beaucoup.

Puis viennent les commandements qui régissent les relations humaines : Honore tes parents, pas de meurtre, pas d’adultère, pas de vol, pas de faux témoignages, pas de convoitise de ce qui appartient à autrui. Commandements qui ont plus ou moins été conservés par le législateur, mais qui tendent pour certains d’entre-eux à disparaître aussi.

Quelle est la place de ces commandements dans nos vies ? Il est bon de s’interroger parfois. Certes, nous sommes sauvés par grâce. En Jésus nous sommes sous le régime de la grâce, mais la grâce annule-t-elle la loi ? Qu’en est-il de notre amour pour Dieu, de notre attachement à sa personne, de notre respect du jour sacré de Dieu ? Que se cache-t-il derrière la formule : « c’est tous les jours dimanche » ? Que c’est jamais dimanche ? Qu’en est-il du respect des parents, des anciens ? Des paroles ou des regards qui tuent ? De l’adultère, du vol, de la fraude, du mensonge, des ragots que l’on colporte sans vérifier leur véracité, et de tous ce que l’on convoite chez les autres ?

Il y a là déjà tout un programme à mettre régulièrement à jour dans nos vies, tout en étant sous le régime de la grâce. Mais ce n’est pas tout ! Jésus enfonce le clou et nous invite à aller plus loin encore.

2°) « Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens… »

C’est par cette formule que Jésus conclue son propos sur la loi et introduit une longue énumération de commandements nouveaux. Pour lui, la grâce est loin d’annuler la loi. La grâce ne dit pas qu’il n’y a plus de lois ! Elle dit qu’il y a une loi nouvelle, encore plus exigeante que l’ancienne. La grâce du salut en Jésus nous introduit dans une vie nouvelle. Une vie nouvelle, régie, elle aussi, par des commandements. Dans le fameux « sermon sur la montagne », Jésus les énumères en faisant parfois référence aux dix commandements. Il les introduits par la formule « Vous avez appris qu’il a été dit… mais moi je vous dis … ». Jésus commence par ces paroles qui tuent, les convoitises des yeux, les relations conjugales, les serments, le refus de toute vengeance, l’amour du prochain et des ennemis, la générosité discrète, la prière personnelle, le jeûne, les pièges des richesses, de l’amour de l’argent, l’inutilité des soucis, les dangers du jugement d’autrui, l’assurance de la bonté de Dieu le Père envers nous. Autant de commandements nouveaux qui régissent la vie sous la grâce. Commandements nouveaux à vivre et à pratiquer avec l’aide de l’Esprit Saint. Certes, en Jésus, nous ne sommes plus sous la loi, c’est-à-dire, plus sous la loi ancienne, mais sous une loi nouvelle, qui n’abolie pas l’ancienne, mais qui la mène plus loin encore. Certes la loi ne sauve pas, mais elle indique le chemin à ceux qui sont sauvés.

3°) « Vois : je mets aujourd’hui devant toi la vie et le bonheur… »

Sous la nouvelle alliance en Jésus, il y a aussi un chemin à suivre. La vie chrétienne ne s’arrête pas à la conversion ou au baptême. Elle est un long chemin d’obéissance aux commandements nouveaux que Jésus nous a donnés. Que Dieu nous aide à les respecter, à les vivre, à en témoigner et à les enseigner autour de nous par nos vies. C’est là le témoignage qu’il nous faut rendre dans le monde. Le témoignage dont le monde a grand besoin aujourd’hui.

Pasteur Joël Mikaélian –  16/02/2020

Print Friendly, PDF & Email