Lectures : Es 43. 4 et 5 / 1 Cor. 6. 18 à 20 / Jean 3. 16 et 17

Bible-Car Dieu a tant aimé le monde

« Vous avez été racheté à un grand prix… »

Quelle est la valeur de la vie ? La valeur de ta vie ? Quelle est la valeur de la vie de ton frère, de ta sœur ? La valeur de l’autre ? De l’aimable comme de celui qui ne l’est pas ? Quelle est la valeur de ta vie aujourd’hui ? En ces temps où l’on parle beaucoup d’égalité, d’universalité avec la retraite à point ; de la fin de vie ou de la naissance de la vie avec la PMA, je vous invite à méditer sur la valeur de la vie ; la valeur de votre vie ! Combien valez-vous ? Combien vaut mon frère, ma sœur, cet autre, ce prochain ? Cet autre que je méprise, ou que je juge ? Cet autre qui m’agace ou bien me blesse ? Combien vaut-il ? Quel est le prix, la valeur de toute vie humaine ?

1°) « Tu es précieux à mes yeux…Tu vaux cher ! »

Parole du Seigneur par Esaïe prophète, au peuple d’Israël. Parole assez connue des chrétiens ; parole que l’on s’approprie rapidement parfois, peut-être sans trop réfléchir, sans trop « contextualiser » cette parole. Posons-nous la question : Pourquoi Israël est-il si précieux aux yeux de Dieu ? Pourquoi serions-nous, nous aussi si précieux aux yeux de Dieu ? Sur qu’elle base, sur quels critères ? Qu’est ce qui faisait la valeur de ce peuple, au point que Dieu lui fasse de telles déclarations ? Sa piété, ses valeurs morales, son intelligence, ses richesses, sa puissance, son nombre ? À toutes ces questions la Bible répond massivement : non ! À plusieurs reprises le Seigneur le rappellera : « Ce n’est point parce que vous surpassez en nombre tous les peuples, que l’Éternel s’est attaché à vous et qu’il vous a choisis, car vous êtes le moindre de tous les peuples » (Deut. 7. 7) Voilà pour ton orgueil, tes illusions, tes prétentions… ! La valeur aux yeux de Dieu ne répond à aucun de nos critères humains. Ceux-ci sont même à l’opposé des critères de Dieu, de ses motivations. Ils sont fondés sur la seule volonté d’amour de Dieu. Dieu a une immense volonté d’aimer. Volonté d‘aimer un peuple dans le passé, et plus tard, en Jésus, volonté d’aimer tous les peuples, toutes les créatures ; volonté d’amour universel que l’on discerne dans la première ancienne.

« Tu es précieux… » Par conséquent, oui, cette parole s’adresse donc bien à nous, à tous, sans aucune exclusive. Chaque être est précieux aux yeux de Dieu. C’est seulement devant Dieu et pour Dieu que l’on a tous une réelle égalité de valeur, qu’il y a une réelle universalité. Ce qui veut dire que ton frère, ta sœur sont précieux, tout autant que toi. Celui ou celle que tu n’aimes pas, le prochain qui est loin de toi, le SDF qui est à ta porte, … Tous sont précieux, tous valent chers ! Ta vie est précieuse, et cela ne dépend pas de toi, ni de ta piété, ni de tes capacités, ni de tes dons, ni de tes œuvres ou de ta moralité… Cela ne dépend que de Dieu, de sa volonté de t’aimer. Tu es et tu seras toujours précieux. Rien ne peut et ne pourra jamais changer la valeur de la vie, la valeur de ta vie aux yeux de Dieu. Cette valeur n’est pas une variable qui fluctue au gré des circonstances. Elle est totalement indépendante de ce que tu penses de toi, ou de ce que les autres pensent de toi ! Ce qui compte, c’est ce que Dieu pense de toi, la valeur que tu as pour Lui. Et elle est immense.

2°) « Vous avez été racheté à un grand prix… »

Dès le premier siècle, les apôtres ont dû souligner, rappeler cette vérité importante concernant la valeur de la vie. À savoir le prix payé pour le pardon de nos péchés passés, présents et à venir. Le prix que Dieu a payé pour notre salut, pour nous racheter, a été la vie de son Fils unique, le sacrifice du Christ. Cette vérité donne toute la mesure de l’amour de Dieu, et de la valeur qu’il accorde à la vie humaine, la mesure de ta valeur. Ta vie vaut la vie même du Fils de Dieu ! Rien que ça ! La croix ! « Car Dieu a tant aimé le monde, (toi, moi, l’autre), qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas mais qu’il ait la vie éternelle ». Voilà la valeur de ta vie aux yeux de Dieu ! Ce qui vient prouver, attester que tu es précieux, c’est ton prix, celui que Dieu a payé pour te sauver. Ne sois pas indifférent, mais croit ! Nul n’est exclu de cet amour.

3°) « Glorifiez donc Dieu… »

En rappelant aux chrétiens le prix de leur rachat, de leur salut, le prix du pardon de leurs fautes, l’apôtre en rappelle alors les conséquences. Prendre soin de la vie, l’apprécier, lui donner notre plus grande attention, comme on le ferait pour ce qui est précieux. Quelles sont ces conséquences ?

« Glorifiez donc Dieu par votre corps… »

Appréciez votre vie ! Ayez une bonne « estime de vous-même », basée non pas sur vos dons, sur vos capacités, sur votre statut social, ou vos réussites, mais cultivez une « estime de soi » basée seulement sur l’amour que Dieu a pour vous. Parce que votre vie est précieuse pour Lui. Qu’importe ce que les autres pensent de moi, la valeur qu’ils m’accordent ou pas !

Prenez soin de votre vie ! N’abîmez pas ou ne laissez le péché abîmer votre vie, en cédant à vos passions mauvaises et destructrices ! « Tout m’est permis » Disait l’apôtre Paul aux chrétiens de Corinthe. Et de rajouter, « mais tout n’édifie pas… mais moi, je ne me laisserai asservir par rien ». Ne faisons pas des lectures sélectives ! En Christ, nous sommes libres, libres de faire le bien, libres de rechercher la sainteté, de faire ce qui est agréable à Dieu. Ne laissez pas le péché détourner votre vie de la vocation que Dieu lui a donnée ! Ne gaspille pas ta vie ! Prend soin de ta vie, de ton corps aussi ! C’est le temple du Saint Esprit !

Nourrissez votre vie intérieure, celle qui demeure pour l’éternité. Nourrissez là de la Parole, de la communion fraternelle, du service, de l’attention portée aux autres !

Prenez conscience que vous ne vous appartenez plus, mais que vous lui appartenez ! Ce qui veut dire que je ne peux pas vivre comme je veux, je ne peux pas faire comme je veux. Parce que je suis précieux, parce que ma vie est précieuse pour Dieu, je dois en prendre le plus grand soin. Quelle qu’elle soit, c’est un joyau !

Prenons conscience aussi de la valeur de la vie de l’autre, de mon prochain. Il ou elle a la même valeur que moi aux yeux de Dieu. Dieu ne fait pas de différence. La vie de tout un chacun est précieuse aux yeux de Dieu. Qu’elle le soit aussi pour nous.

« Tu es précieux à mes yeux… » « Vous avez été racheté à un grand prix… » « Glorifiez donc Dieu… »

Pasteur Joël Mikaélian 26/01/20

Print Friendly, PDF & Email