Chargement…
Messages2020-07-27T23:08:24+02:00

« Explique-nous la parabole de l’ivraie… » Message du 19/07/2020

Lectures : Matth. 13. 24 à 30 et 36 à 43 « Explique-nous la parabole de l’ivraie… » La parabole du bon grain et de l’ivraie est une parabole bien connue. On y fait souvent référence pour dire la présence du bon et du mauvais dans telle ou telle chose. Mais au-delà de ce constat que chacun peut faire, cette histoire soulève des questions difficiles. Comment comprendre que le maître puisse interdire à ses serviteurs d’arracher l’ivraie et de la laisser croitre au risque d’étouffer le bon grain ? Faut-il laisser croitre le mal sans rien faire ? Pas très moral ! Et puis, comment concilier la notion de l’enfer avec celle de l’amour et de la grâce de Dieu ? Malgré l’explication de Jésus, il est étonnant de constater que cette parabole a donné lieu à diverses interprétations. Pour nous, nous

« Qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende » – Message du 12/07/2020

Lectures : Matth. 13. 1 à 9 et 18 à 23 « Qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende » Avoir des oreilles pour entendre est une chose, entendre en est une autre. La parabole dite des terrains, interroge notre façon d’entendre, la nature, la qualité de notre écoute. Il semble que du temps de Jésus déjà, on pratiquait un genre de « zapping », une façon d’écouter sans trop prêter attention à ce qui est dit ; de passer d’une information à une autre, d’une communication à une autre, sans trop y attacher d’importance. Avouons que de nos jours, la tendance est loin d’être à l’amélioration. Au contraire, elle empire de jour en jour. Notre espace d’écoute est souvent saturé et l’on n’a plus la capacité d’enregistrer ce que l’on entend, encore moins de l’analyser. Ce qui est peut-être

« Venez à moi, vous tous… » Message du 05/07/2020

Lectures : Es 55. 9 et 10 / Matth 11. 25 à 30 « Venez à moi, vous tous… » Il est des paroles qui font du bien, qui construisent, qui édifient, d’autres qui font du mal, qui détruisent. Nous en connaissons tous. Et nous avons fait certainement l’expérience des unes et des autres. Nous avons reçu parfois des paroles encourageantes, des remarques même constructives ; et parfois des paroles blessantes, mensongères, méchantes. C’est dire le pouvoir des mots et toute la prudence avec laquelle nous devons les dires. D’où les nombreux conseils de la Parole de Dieu à ce sujet : « Que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler… » (Jac. 1. 19). « Celui qui veille sur sa bouche garde son âme » (Prov. 13. 3). De même que : « Exhortez-vous réciproquement, et édifiez-vous les uns les autres… » (1 Thess.

« … pas digne de moi ! » Message du 28/06/2020

Lectures : 2 Rois 4. 8 à 16 / Matth. 10. 37 à 42 « … pas digne de moi ! » Peut-on être digne du Christ ? Que faudrait-il faire pour l’être ? Jésus ne met-il pas la barre trop haute ? Certes, nous ne sommes pas dignes de son amour, du salut, de ce qu’il a fait pour nous. Mais comment Jésus peut-il mettre un tel défi devant nous ? Faut-il relativiser ces paroles pour qu’au final, rien ne vienne nous déranger dans notre vie, notre confort, nos projets, nos agendas ? Et que, in fine, nous passions rapidement sur ces quelques lignes gênantes, pour aller nous rassurer, un peu plus loin dans le texte, avec quelques bonnes actions au résultat tellement plus rassurant. « Accueillir, donner à boire… » C’est tellement plus simple, et tellement plus gratifiant ! Mais peut-on se permettre de tels raccourcis ?

« Ne craignez pas… craignez… » – Message du 21 06 2020

Lectures : Jér 20. 10 à 13 / Rom. 5. 15 / Matth. 10. 26 à 33 « Ne craignez pas… craignez… » D’après ces propos de Jésus, il semble qu’il y ait des craintes que nous ne devrions pas avoir, et d’autres que nous devrions avoir. Comment les discerner ? La question du discernement demeure pour tout un chacun une question cruciale. Car c’est de là que dépendent les choix que nous faisons et leurs conséquences. La veille de son audition par la commission d’enquête sur le COVID19, le Pr J F Delfraissy (Président du conseil scientifique), confiait au journal « Le Monde », qu’en regardant Paris s’éteindre, le soir du confinement il s’est dit : « Mon Dieu, est-ce qu’on ne s’est pas trompé ? » Et d’ajouter qu’il n’avait pas dormi pendant trois ou quatre nuits, après

« Celui qui mangera de ce pain vivra pour l’Éternité… » Message du 14/06/20

Lectures : Deut. 8. 1 à 5 / Jean 6. 51 à 69 « Celui qui mangera de ce pain vivra pour l’Éternité… » Ce soir, des millions de téléspectateurs seront rivés devant leurs écrans, pour écouter le Président de la République. Ils seront là, comme chacun d’entre-nous peut-être, en quête d’une parole rassurante, ou tout du moins, une parole claire. Après des mois de confusion, de directives contradictoires, d’incertitudes, chacun a besoin d’un peu plus de certitudes, de visibilité sur l’avenir. Beaucoup ont souffert de la maladie, certains ont perdu des êtres chers, d’autres un emploi, une certaine sécurité ; d’autres encore ont souffert du confinement, des restrictions des libertés ; beaucoup de couples, de parents, d’enfants ont dû supporter des situations complexes, sans parler de la jeunesse... La parole

« Le Seigneur, Dieu miséricordieux et bienveillant… » Message du 07/06/2020

Lectures : Ex. 34. 4 à 9 / 2 Cor. 13. 11 à 13 / Jean 3. 16 à 18 « Le Seigneur, Dieu miséricordieux et bienveillant… » « Je ne peux plus respirer ». Et si ce dernier cri de Georges Floyd, repris par des milliers de manifestants à travers la planète, traduisait le mal être d’une humanité en crise ? Humanité à qui on impose un rythme de vie effrénée au nom de la croissance ? Et si la croissance était une erreur, un système inhumain, à l’image de la tour de Babel que Dieu a stoppé ? Il semble aujourd’hui que les crises se succèdent les unes aux autres, avec certes toujours cet effet de « caisse de résonnance » que sont les médias et les réseaux sociaux. Mais comment interpréter ces