Produisez du fruit digne de votre conversion

Lecture : Es. 11. 1 à 10 / Matth. 3. 1 à 12

« Le royaume des cieux s’est approché… Produisez du fruit digne de votre conversion… »

Ce deuxième dimanche de l’avent nous met en présence de magnifiques promesses de Dieu. Le texte d’Esaïe comme celui de Matthieu, nous invitent à l’espérance, à la joie de Noël. Ils nous invitent à nous réjouir de ce miracle de la naissance du Christ. Dieu s’est approché de nous, il est venu jusqu’à nous. Le Dieu créateur de toutes choses, a déclenché son plan de salut en venant vers nous en Jésus. Et nous nous préparons à nouveau à faire mémoire de cet événement merveilleux, porteur d’une espérance qui nous fait tressaillir de joie ; événement qui en annonce un autre, bien plus beau encore, celui du paradis retrouvé, évoqué par le texte d’Esaïe : « Le loup habitera avec l’agneau… ». Noël nous annonce aussi un jour nouveau, une aube nouvelle de justice, de récompense, de repos auprès de l’Emmanuel, le Dieu avec nous. Ce deuxième dimanche de l’avent, nous invite à la contemplation du Christ, et à une véritable conversion ou « reconversion ». Ces textes nous encouragent à nous laisser saisir tout à nouveau, ou pour la première fois, par l’immensité de l’amour de Dieu.

1°) « Un rameau sortira… »

Esaïe nous trace en quelques lignes toute la beauté, la bonté, la justice et la fidélité du Messie à venir. Il reçoit cette révélation de Dieu qui nous invite à l’émerveillement devant le Christ. Celui-ci nous est décrit comme un rameau, un rejeton. C’est dire toute la fragilité, l’humilité volontairement consentie par le Christ à sa naissance. Une fragilité qui s’avèrera très vite comme une force, une puissance capable de faire trembler les puissants d’alors. Ce rameau évoque l’humilité du Christ, une humilité habitée de la force de l’Esprit du Seigneur. Le Christ qu’Esaïe nous révèle, sera rempli de sagesse, de discernement. Il sera conseillé, rempli de connaissance et de crainte du Seigneur. Il ne jugera pas d’après ce que voient ses yeux, ce qu’entendent ses oreilles. Il regardera au cœur, à ce qu’il y a de plus profond en l’homme. Il jugera avec justice, équité. C’est tout ce que Jésus a fait de sa naissance à sa mort sur la croix. C’est ce qu’il a accompli parfaitement. Réjouissons-nous de l’envoie de ce Messie, Sauveur. Contemplons sa beauté, sa bonté, sa grâce, son amour immense, sa justice, sa fidélité et rendons grâce à Dieu de l’avoir donné au monde, de l’avoir fait naître dans ce monde. Ceci pour être signe de salut, pardon de nos fautes, chemin de vie, source de joie, de paix, d’espérance pour tous ceux qui croient.

2°) « Il vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu… »

Bien des siècles plus tard, Jean Baptiste nous parle à son tour du Messie. Il le voit comme quelqu’un de bien supérieur à lui. « Je ne suis pas digne de lui ôter les sandales !» Il est tellement grand le Christ ! Et Jean Baptiste d’annoncer quelque chose d’extraordinaire, d’inouï ! « Il vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu… ». C’est ce que Jésus a fait à la Pentecôte pour ses disciples. C’est ce qu’il fait aujourd’hui encore pour tous ceux qui croient en lui. C’est ce qu’il fait et qu’il renouvelle sans cesse pour tous ceux qui veulent le suivre et lui obéir. À tous ceux qui le cherchent, qui le désirent, il les baptise dans l’Esprit Saint. Il les inonde de cet amour, de cette paix, de cette joie, de cette bonté, de cette bienveillance, de cette douceur… (Gal. 5. 22). C’est par l’Esprit Saint  qu’il est l’Emmanuel, le « Dieu avec nous ». Toujours présent, brûlant dans le cœur de ceux qui le suivent. Toujours prêt à les inonder à nouveau, à les éclairer, les accompagner sur la route, jusqu’à ce qu’ils arrivent au port, au royaume des cieux. Rendons grâce à Dieu pour ce Messie qui sauve en donnant sa vie et qui donne vie à ceux qui croient ; vie nouvelle habitée par l’Esprit Saint, vie éternelle.

3°) « Convertissez-vous… Produisez du fruit qui témoigne de votre conversion… »

Au cœur de cette merveilleuse révélation, un appel discordant résonne ! C’est Jean Baptiste qui se désole de sa popularité ! Au lieu de se réjouir que les foules viennent à lui, que des religieux et des bien-pensants se pressent autour de lui, Jean Baptiste se voit dans l’obligation de préciser son message. Pour lui, la foi véritable, celle qui sauve, produit inévitablement du fruit, du changement, des transformations de vie, de pensées, d’attitudes, de comportements ! Il ne suffit pas de s’approcher, il ne suffit pas même de se faire baptiser pour avoir accès au royaume. Il faut s’engager à obéir à Dieu. Il faut se laisser transformer par l’Esprit Saint, pour donner du fruit qui témoigne de notre conversion, ce fruit de l’Esprit Saint (Gal. 5. 22).

N’avons-nous pas besoin d’entendre ou de réentendre cet appel ce matin ? Besoin de visiter, revisiter nos vies et de demander à l’Esprit Saint de nous inonder, nous baptiser, nous remplir tout à nouveau d’amour pour Dieu et pour notre prochain.

N’avons-nous pas besoin de nous convertir en demandant pardon pour nos fautes et en croyant que ce pardon nous est accordé par Dieu grâce au sacrifice du Christ ? Besoin de naître à une vie nouvelle, si nous n’avons jamais fait cette expérience ?

Mais n’avons-nous pas besoin aussi de nous « reconvertir », en considérant tout à nouveau notre engagement vis-à-vis de Dieu, de l’église, de nos frères et sœurs ? N’avons-nous pas besoin de reconsidérer notre vie, ses priorités, notre service, nos relations, notre témoignage ? Notre vie témoigne-t-elle de la sainteté de Dieu, de l’amour de Dieu, de la compassion de Dieu, de sa bienveillance ? Portons-nous toujours du fruit digne de notre conversion ? « Amour, paix, joie, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur, maitrise de soi » (Gal. 5. 22).

Conclusion : « Le royaume des cieux s’est approché… »

C’est la bonne nouvelle de Noël. Comment nous préparer à cette fête ? Comment fêter dignement cet événement ? Ouvrons nos cœurs à l’Esprit Saint. Apportons au Seigneur toutes nos imperfections, nos difficultés à vivre une vie digne de notre conversion ; une vie qui témoigne puissamment du fruit de l’Esprit Saint. Laissons-nous transformer par l’Esprit Saint, devant la révélation et l’espérance de la beauté du royaume qui vient. Ne faisons pas l’économie d’une réelle conversion ou « reconversion ». Soyons des témoins fidèles et crédibles de cette bonne nouvelle de Noël.

Pasteur Joël Mikaélian – 08/12/19

Print Friendly, PDF & Email