Accueil Messages du Culte Message du culte du 10 décembre 2017 - «Préparez le chemin du Seigneur… »
Message du culte du 10 décembre 2017 - «Préparez le chemin du Seigneur… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Es. 40. 1 à 5 / 2 Pie. 3. 8 à 17 / Marc 1. 1 à 8

Message en français

« Préparez le chemin du Seigneur… »

E

n ce deuxième dimanche de l’Avent, la Parole de Dieu nous invite à méditer sur la conversion, la repentance, le pardon des péchés, le baptême du Saint Esprit. Elle nous invite à considérer ce désir de Dieu, que tous parviennent à la conversion, au salut. Elle nous rappelle l’espérance ultime de la vie, le sens de cette vie, savoir le royaume éternel de Dieu. Quel contraste avec la vanité, le non-sens de la vie que notre monde et l’actualité nous proposent ! Le succès, la gloire, la réussite… devenir une idole, une icône, à quoi ça sert ? Quand c’est fini, que la mort est là, que reste-t-il ? Plus grand-chose ! On peut même avoir un hommage national, mais si l’on n’a pas préparé son éternité, à quoi ça sert ? En cette période de l’Avent, approchons-nous de Dieu, des valeurs véritables et éternelles, préparons le chemin du Seigneur, préparons-nous au royaume de Dieu ! Vivons pleinement, la seule vie qui vaille la peine d’être vécue.

1°) « Préparez le chemin du Seigneur… »

L’évangile de Marc commence par ce rappel des paroles du prophète Esaïe concernant la venue du Christ. Celui par qui tout homme peut avoir accès à l’éternité grâce à son sacrifice à la croix. L’appel du prophète se trouve dans la deuxième partie du livre d’Esaïe (à partir du chapitre 40), appelée « les chants du Serviteur ». Ce sont des textes prophétiques qui évoquent la naissance du Christ et sa mission sur terre, plusieurs siècles avant. Des paroles qui disent la valeur expiatoire, rédemptrice de la mort et de la résurrection du Christ, de l’enfant de Noël. Ce sont des textes extrêmement riches avec des paroles de consolation pour tous ceux qui peinent, et particulièrement pour les croyants : « Consolez, consolez mon peuple… Réconfortez…». C’est ce que Dieu désire pour tous ceux qui passent par des temps d’épreuves, de deuil, de souffrances, de désespoir.

Mais cette voix crie aussi aujourd’hui dans le désert de nos vies, dans le désert de ce monde : « Préparez le chemin du Seigneur… Rendez droit ses sentiers… » L’évangile de Marc applique cette parole à la mission de Jean Baptiste. Mission qui constituait un appel à la repentance en vue du pardon des péchés. Ce pardon qui deviendra réalité avec Jésus Christ. Cet appel nous invite aujourd’hui à la confession de nos fautes. C’est un appel à la repentance, à demander pardon à Dieu pour nos péchés. C’est une invitation à nous regarder nous-même, à nous examiner nous-même honnêtement devant Dieu. A ne pas rejeter nos fautes, la cause de nos situations difficiles, la cause de nos souffrances, sur les autres ou sur Dieu. Oui, apprenons à nous regarder nous-même, à nous laisser sonder par l’Esprit de Dieu, afin de rendre droit nos sentiers au lieu d’accuser Dieu ou les autres. C’est ce que l’apôtre Pierre dit aux chrétiens en parlant du retour du Seigneur : « Faites tous vos efforts pour qu’il vous trouve dans la paix, nets et irréprochables ». C’est ce que le Seigneur dit aussi à l’église d’Ephèse en Apoc. 2. 5 « Ta ferveur première, tu l’as abandonnée… Repent-toi …».

2°) « Il vous baptisera du Saint Esprit… »

Au-delà des polémiques théologiques concernant ce baptême, l’évangile nous dit avec force, et ce, dès le début, cet aspect de la mission de Jésus. Jésus est venu dans ce monde pour nous sauver par son sacrifice à la croix. Et il est venu aussi pour baptiser d’Esprit Saint tous ceux qui croient en lui. Après la repentance, la conversion, la nouvelle naissance en Jésus, le baptême d’eau qui témoigne publiquement de notre foi, l’évangile nous invite à ouvrir nos cœurs, à l’Esprit Saint. Le baptême d’Esprit Saint, est une promesse du Christ à tous ceux qui croient en lui et qui lui obéissent. C’est une puissante bénédiction. C’est une bénédiction bien plus importante que celles, souvent temporelles, auxquelles nous aspirons. Ce baptême, c’est la présence même de Dieu dans le cœur du croyant. Présence qui éclaire, conseille, dirige, console, encourage. Présence qui se manifeste par le fruit qui la caractérise, savoir : « L’amour, la paix, la joie, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi… » (Gal. 5. 22). C’est ce fruit que Dieu développe dans la vie de celles et de ceux qui se laissent baptiser d’Esprit Saint. Toutes les gloires de ce monde et de cette vie sont bien pâles et éphémères à côté de cette merveilleuse promesse adressée aux croyants.

Où en sommes-nous aujourd’hui ? De quelle façon préparons-nous la seconde venue du Seigneur, son retour ? Notre éternité ? En ce deuxième dimanche de l’Avent, le Seigneur nous invite à la conversion, à une « reconversion » peut-être ; à nous laisser baptiser d’Esprit Saint.

3°) « Une voix crie dans le désert… »

Aujourd’hui encore, la voix du Seigneur crie dans le désert de nos vies, dans le désert spirituel de notre monde. « Préparez le chemin du Seigneur… » Cet appel, c’est aussi la mission qui nous est confiée. Mission qui nous invite à l’action, au témoignage, à aller vers les autres partager cette bonne nouvelle de l’évangile. C’est à cet appel qu’a répondu un jour un jeune Pasteur Luthérien en fondant la mission « Action Chrétienne en Orient ». C’était le 6 décembre 1922 à Strasbourg. Ce pasteur s’appelait Paul Berron. Il fonda cette mission avec un triple but : aide matérielle aux Arméniens (au lendemain du Génocide), travail spirituel parmi les chrétiens orientaux, mission parmi les musulmans. Cette mission a également aidé nos grands-parents, réfugiés en France, à reconstituer nos églises au lendemain du Génocide. Aujourd’hui nous devons être reconnaissants à Dieu pour cet homme et cette mission ! Avec amour, persévérance et patience, le Pasteur Paul Berron nous a aidés à constituer l’Union des Eglises Evangéliques Arméniennes de France. Il aura été pour nous cette voix de Dieu dans le désert de notre misère suite au Génocide. C’est pourquoi, chaque année, aux alentours du 6 décembre nous nous souvenons de cette mission. Nous prions pour son œuvre qui se poursuit aujourd’hui en faveur des chrétiens d’Orient. Et nous prions et leur adressons nos dons de reconnaissance.

« Préparez le chemin du Seigneur… »

La Parole de Dieu nous rappelle aujourd’hui ces vérités et nous invite à préparer et à nous préparer au retour du Seigneur. Elle nous invite à écouter sa voix, son appel à la conversion et à nous laisser baptiser d’Esprit Saint et à en vivre. A écouter sa voix qui nous dit : « Cependant le Seigneur attend le moment de vous faire grâce, il va se lever pour vous manifester sa miséricorde, car le Seigneur est un Dieu juste : heureux tous ceux qui espèrent en lui. Oui… tu ne pleureras plus. Quand tu crieras, il te fera grâce. A peine aura-t-il entendu qu’il aura répondu. Il vous donnera du pain dans la détresse, de l’eau dans l’oppression, celui qui doit t’instruire ne se dérobera plus et tes yeux le verront. Tes oreilles entendront la voix qui dira derrière toi quand tu devras aller ou à droite ou à gauche : « Voici le chemin, prenez-le … » (Es. 30. 18 à 21)

Pasteur Joël Mikaélian
10/12/17

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux